ENVIRONNEMENT. Montée des eaux, réchauffement et acidification des océans : Georges Handerson crée une commission "changement climatique". Première étape : rédiger un état des lieux des enjeux...

L'ESSENTIEL

* Le ministre de l'Environnement a mandaté la station Gump-Berkeley de Moorea pour rédiger un état des lieux des enjeux du changement climatique en Polynésie française
* Les centres de recherches internationaux ainsi que les associations polynésiennes seront consultés
* L'état des lieux devrait être publié le 10 juillet et vulgarisé avant novembre 2009

 

Pour lutter contre les effets du changement climatique en Poly-nésie française, le ministre de l'Environnement a décidé de créer une commission. En conseil des ministres, le 26 mars, Georges Handerson informait le gouvernement de la formation du "réseau changement climatique Polynésie, qui travaillera en liaison avec les experts nationaux et internationaux, et dont la mission sera de proposer la stratégie de la Polynésie française face aux changements climatiques".

[Jeudi soir, Eleonora Avagliano, de l'université Berkeley (au premier plan), écoutait les propositions du monde associatif, notamment celles de l'association Bio Fenua de Gilles Parzy, au sujet du changement climatique.::] Le ministère de l'Environnement a mandaté la station de recherche Gump de l'université Berkeley installée àMoorea pour rédiger un état des lieux des enjeux du changement climatique au fenua. "Malgré la vulnérabilité importante de la Polynésie française, il n'existe que très peu de données locales sur le changement climatique. La bibliographie est limitée et les connaissances sont fragmentées", explique Eleonora Avagliano, chargée de l'étude par l'université Berkeley. Sa mission consiste à réunir les connaissances scientifiques globales comme les savoirs empiriques des Polynésiens (entreprises, associations, institutions), pour "faciliter l'élaboration d'une stratégie efficace d'adaptation aux changements climatiques et des mesures visant à les atténuer". L'état des lieux devrait être publié le 10 juillet, puis édité dans une brochure de vulgarisation à destination de la société civile avant novembre.

Dans un préambule, Eleonora Avagliano situe les enjeux, devant la montée des eaux, le réchauffement et l'acidification des océans à venir : "La Polynésie française présente une vulnérabilité particulière face à cette menace nouvelle. Son caractère insulaire et l'absence de continuité territoriale empêche un déplacement de la population et des espèces dans les terres en cas d'élévation du niveau marin, en particulier dans les atolls situés à quelques mètres au dessus du niveau de la mer. Les infrastructures du territoire ne sont pas toujours préparées à une intensification des cyclones. D'autre part, l'économie de la Polynésie française est largement dépendante du tourisme et des ressources naturelles à travers notamment la perliculture, la pêche et l'agriculture. Des ressources directement menacées par une variation climatique. Le corail en particulier, clé de voute de la culture et de l'économie polynésienne, risque d'être sérieusement dégradé par un réchauffement et une acidification des eaux."

Benoît Buquet

 

Author: 
Benoit Buquet
Year of Publication: 
2009